Musique : NF Mama, un quatuor, la rue et sa voix

Issu des quartiers populaires de la capitale malienne, le groupe de rappeurs « NF Mama » tire, en partie, son inspiration de la rue. Il chante la misère, la joie, la délinquance et les injustices de la société malienne et africaine. Créé en 2015, le quatuor s’affiche aujourd’hui comme l’un des meilleurs groupes de rap au Mali, grâce à sa productivité constante et les qualités individuelles de ses membres.  

Le groupe Nigga Fama (nom originel du groupe qui fait référence aux fermiers noirs) a été officiellement créé en 2015. Mais le groupe change de nom en 2019 pour prendre NF Mama pour cause de la connotation esclavagiste du premier nom.

Le nouveau nom évoque l’importance et le rôle d’une mère dans la vie d’un homme et dans la société en général. Le mot Mama en 4 lettres au lieu de 5, est désigné expressément afin que chacune des 4 lettres corresponde à un membre du quatuor.

Amis d’enfance

C’est une véritable histoire de famille qui lie ces inséparables, composé d’Abdoulaye Barry Doumbia (Young Pap), Abdoul Rahmane Kaba Diakité (Mezto), Mohamed Lagdaf Dicko (Didi Contana) et Mohamed Idrissa Coulibaly (Ganja Mori). Cousins et enfants d’amis, ils ont pratiquement grandi ensemble. Leurs parents se fréquentent dans les quartiers populaires de la capitale malienne et les enfants ont fini par tisser des liens d’amitié solides depuis 2006.

Ces jeunes auront d’abord la passion du football. Mais c’est finalement celle pour la musique qui prendra le dessus. Cette passion commune, spécifiquement pour le rap, est née grâce à un groupe de rappeurs dénommé Groupe Vison, composé des grands frères de quelques membres. C’est vers 2013 que Mezto, Gandja Mori et Didi s’associent à trois autres jeunes dont deux sénégalais, pour créer un premier groupe qui s’appelait Black Diante.  Ce groupe a produit quelques singles dont Bouyaka et Rio de Janeiro avant que Young Pap ne l’intègre un an plus tard. Black Diante est dissous en 2014, suite au départ des deux sénégalais.

Que de chemins parcourus

En six ans d’existence, NF Mama, prolifique, est auteur d’une discographie riche et variée. Sa célèbre série de mixtapes intitulée Old City Boys (OCB, les garçons de la vieille cité) est devenue une marque déposée du groupe. Elle définit mieux la démarche artistique du groupe. Enfants d’une ville pleine d’histoires et de mystères, la ville des trois caïmans, Bamako, le quatuor fait une photographie des réalités quotidiennes de la capitale malienne.

Du début de sa carrière à nos jours, le groupe est auteur de 6 mixtapes à savoir OCB1 (2016), OCB2 (2017), Dabanani 1 (2018), OCB3, OCB4 (2019), Dabanani 2 (sortie en 2022) et un album intitulé MEMWRE (2020), en plus d’une trentaine de singles à son actif. La dernière mixtape Dabanani 2 sorti en février 2022, est à la tête des ventes sur la plateforme Empire Afrique avec 1300 copies écoulées. 

Un groupe désormais incontournable

Cette solide notoriété dont jouit le groupe dans la sphère musicale malienne aujourd’hui est le fruit d’un travail acharné, soutenu par les qualités individuelles de ses membres doublées d’un sens de l’innovation. L’autre force du groupe est la voix des éléments qui donne des sonorités vocales diversifiées, harmonieuses et agréables à l’ouïe. Si Mezto et Younp Pap ont une voix grave, celle de Gandja Morie est plus moins ou standard, tandis que Didi a une voix aiguë.

NF Mama débute sa carrière avec le rap mais élargit son champ musical au fil du temps en explorant d’autres styles comme la Dance hall, le RnB et la Trap. Issu des quartiers populaires de la capitale malienne, le groupe tire, en partie, son inspiration de la rue. Il chante la misère du bas peuple, la délinquance, les injustices sociales. En un mot, les réalités de la société malienne et africaine.

C’est en 2016 que le quatuor se fait véritablement découvrir grâce à son Hit intitulé Ghana. Un titre combinant trap et hip hop (électrique). Sur un rythme dansant, le groupe dépeint une génération qui s’adonne à la consommation des stupéfiants dans une société où le phénomène devient un fait ordinaire. Après ce succès, suivront ensuite le single Adi na Badi et les titres Bichouina et Hairai, extraits de la saison 2 de leur série OCB sortie en 2017. Ces deux titres, soutenus par de superbes clips, donneront une nouvelle dimension à la carrière du groupe et lui ouvriront la porte à des collaborations avec des artistes de renom comme Sidiki Diabaté, Dr Keb, Mylmo, Young Po, le Guinéen Soul Bang’s, l’Ivoirien Nour entre autres.

«Pas de séparation»

Le clip du morceau à succès Hairai, tourné au Nigeria, est l’un des clips iconoclastes qui bouleverse les codes de la musique classique malienne, restée enfermée dans les carcans des considérations traditionnelles et religieuses. Ces titres viennent confirmer le talent du quatuor et lui permet de tester sa notoriété auprès de la jeunesse malienne à travers l’organisation et la réussite de son tout premier concert au palais de la culture Amadou Hampaté Ba. Suivront très vite d’autres concerts à succès notamment deux (2) au stade omnisports et trois (3) au stade du 26 mars, le plus grand stade du Mali. Le groupe compte également plusieurs concerts dans les régions du Mali et deux à l’international notamment au Maroc, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire.

Toutefois, depuis un certain temps, l’unité du groupe est remise en question. Les membres ont tenu à préciser qu’il n’y avait pas de divorce entre eux comme ont essayé de le faire croire plusieurs internautes : « Le groupe ne se sépare pas, ce sera toujours 4 eva à vie. Seulement, d’un accord commun nous avons décidé que chacun pourra faire des projets en solo à côté. Le groupe continuera aussi à faire des projets »,a posté le groupe sur ses réseaux sociaux.

Désormais, confirmé sur le plan national, NF Mama compte s’ouvrir à l’Afrique et au reste du monde à travers de nouveaux projets artistiques sur lesquels le groupe travaille actuellement.

Youssouf Koné

Partager l’article sur 

A Propos de L’auteur

Impossible de copier du contenu sur notre site.

Si vous avez besoin de quelque chose, contactez-nous (contact@konexionculture.com) !

Merci